Les Temps sauvages de Kessel

Les Temps sauvages de Kessel dans 03. Beaux Livres tempsauvage A tous ceux qui rêvent d’ailleurs : les Temps sauvages, de Joseph Kessel. On lui a donné de la neige boueuse de Vladivostok, il en a fait un élixir d’absolu. En deux traites avides, je suis partie dans une période folle et sauvage du début du siècle dernier, à l’autre bout de l’Asie russe.

Le 11 novembre 1918, alors que sonnent au loin les cloches de l’armistice, le jeune aviateur quitte Brest pour Vladivostok, en passant par les Etats-Unis. Les « pionniers du ciel » sont reçus dans tout le continent nord-américain avec des fastes princiers. Lors d’une tempête dans le Pacifique, il joue toute sa solde avec des Marines en partance pour les Philippines. Puis, c’est le songe éveillé dans Vladivostok, un retour aux origines pour le petit natif d’Orenbourg. Parlant russe, il sert d’intermédiaire auprès des autorités russes blanches et des coolies chinois.

Dans une ambiance de fin d’un monde, Kessel vit pleinement et s’abreuve de tout ce qui attire et corrompt. « Je n’ai pas manqué une nuit de l’Aquarium », le cabaret légendaire de Vladivostok. Son refuge contre le froid, la mort, la misère des coolies, un bocal pour l’oubli, l’ivresse, la vie. Kessel y rencontre Lena, une chanteuse si frêle, si triste, qui murmure « Aime-moi noire… »

Des cosaques, fauves échappés du bagne, pleurent en écoutant un chant né au fond des mines. Et avec une lucidité foudroyante, Kessel voit en eux la détresse d’une libération manquée. La ronde des carnages, des orgies est « plus close que le bagne ». Un grand moment du récit.

Kessel extrait le beau chez les hommes et les femmes rencontrés et les dépeint sans les juger. Il sait conter, non seulement il ressent ce qui l’entoure avec une acuité empreinte de pureté, mais il sait retracer à coups de phrases percutantes. N’est pas aventurier qui veut… Il nous enseigne l’humilité, l’écoute des gens simples. Les portraits sont authentiques.

1 commentaire à “Les Temps sauvages de Kessel”


  1. 0 Jacky 10 nov 2008 à 13:18

    J’ai beaucoup aimé ton commentaire sur le livre de Kessel…Mais tu as oublié de t’étendre un peu sur le style du livre qui est d’une concision et d’une force remarquable, me semble-t-il…

    Et merci à toi, d’être aussi belle…

Laisser un commentaire


Bonjour et bienvenue !

Bonjour et bienvenue !

Notre Durée : un Instant

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Aphorisme d’Hippocrate

La vie est brève, L'art est long, L'opportunité fugitive, L'expérience incertaine, Et le jugement difficile.

Quatre Vertus

Le Courage, la Grandeur d'Âme, le Discernement, la Tempérance

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


LFF |
laperleipopette2 |
DANSE avec les étoiles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ~¤..GiniLine..¤~
| CATGRR
| ma peinture