• Accueil
  • > Archives pour février 2008

Archives pour février 2008



Ton visage est le mot de la nuit étoilée, de Périer

Ton visage est le mot de la nuit étoilée, de Périer dans 13. Le Cercle des Poètes PerierPerier dans 13. Le Cercle des PoètesPerier

Ton visage est le mot de la nuit étoilée
_____________________________________________

Ton visage est le mot de la nuit étoilée
Un ciel obscur s’ouvre lentement dans tes bras
Où le plaisir plus vain que la flamme argentée
Comme un astre brisé brille et tremble tout bas

Vivante, conduis-moi dans ce nocturne empire
Dont l’horizon mobile enferme notre amour.
Je touche un paysage ; il s’éclaire, il respire
Et prend quelque couleur sans attendre le jour.

Que de choses j’apprends au défaut de tes larmes
Sur le point de me perdre où tu m’as précédé,
Mais enfin je renonce à détourner tes armes.
Je reconnais un corps que je dois te céder.

Perdons-nous ! Parcourons cette courbe profonde
Que tes genoux légers ne me délivrent pas.
Que je sois seul au monde
Au moment de tes larmes.

Que la paix de l’amour commence sous nos pas.

Virginia Woolf

Virginia Woolf dans 19. Terres de Femmes virginia_woolf

Sa vie dessine un mouvement de vague : la demeure familiale victorienne, la liberté du cercle de Bloomsbury, ses succès d’écrivaine, son suicide à cinquante-neuf ans. Son nom incarne une écrivaine novatrice, dont les romans se veulent des tableaux impressionnistes des méandres de l’âme, et une éditrice qui publia avec son mari l’avant-garde littéraire.
Poursuivre la lecture ‘Virginia Woolf’

Love Sand, de Ilana Yahav

http://www.dailymotion.com/video/x4d812

J’ai haï cette autre

J'ai haï cette autre dans 11. Jardin Secret rw2ktrei

Tu m’as assassinée un instant d’éternité. Dégoulinant de la bile-tempête et de ce fiel âcre, le fiel de la jalousie jaune et âpre, mon cœur est mort au supplice.
Poursuivre la lecture ‘J’ai haï cette autre’

Rimbaud et la destruction maternelle, Alice Miller

Rimbaud et la destruction maternelle, Alice Miller dans 09. Immortel Rimbaud rimbaud

Rimbaud et sa mère Vitalie
_____________________________________________

Vitalie Rimbaud, née Cuif, était une paysanne arc-boûtée à sa terre, solide, endurcie par une enfance sévère. Selon Yves Bonnefoy, elle fut « un être d’obstination, d’avarice, d’orgueil, fière, de haine masquée et de sécheresse. » Grandir auprès d’une telle femme, qu’est-ce que cela a-t-il pu signifier, pour un enfant intelligent et sensible comme Arthur ?

Poursuivre la lecture ‘Rimbaud et la destruction maternelle, Alice Miller’

123456...12

Bonjour et bienvenue !

Bonjour et bienvenue !

Notre Durée : un Instant

février 2008
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Aphorisme d’Hippocrate

La vie est brève, L'art est long, L'opportunité fugitive, L'expérience incertaine, Et le jugement difficile.

Quatre Vertus

Le Courage, la Grandeur d'Âme, le Discernement, la Tempérance

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


LFF |
laperleipopette2 |
DANSE avec les étoiles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ~¤..GiniLine..¤~
| CATGRR
| ma peinture