Extrémité, de Sylvia Plath

 

Extrémité, de Sylvia Plath dans 13. Le Cercle des Poètes 340x

Le 11 février 1963, la poétesse Sylvia Plath se donne la mort. Voici son ultime poème, Edge, écrit quelques jours auparavant, le 5 février.

Extrémité
_____________________________________________

Voici parfaite la femme.
Mort.

Son corps arbore le sourire de l’accomplissement;

L’illusion d’une nécessité grecque
Flotte parmi les volutes de sa toge;
Ses pieds

Nus semblent dire:
Nous sommes arrivés jusqu’ici, c’est fini.

Chaque enfant mort lové, serpent blanc,
Un à chaque petit

Pichet de lait, dorénavant vide.
Elle les a repliés

Dans son corps comme des pétales
De rose se ferment quand le jardin

Se fige et que les odeurs saignent
Des gorges douces et profondes de la fleur de nuit.

Rien ne saurait toucher ni attrister la lune
Qui regarde sans broncher depuis sa cagoule d’os.

Elle a l’habitude de ce genre de chose.
Et ses ténèbres craquent, et ses ténèbres durent.

0 commentaire à “Extrémité, de Sylvia Plath”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Bonjour et bienvenue !

Bonjour et bienvenue !

Notre Durée : un Instant

février 2008
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Aphorisme d’Hippocrate

La vie est brève, L'art est long, L'opportunité fugitive, L'expérience incertaine, Et le jugement difficile.

Quatre Vertus

Le Courage, la Grandeur d'Âme, le Discernement, la Tempérance

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


LFF |
laperleipopette2 |
DANSE avec les étoiles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ~¤..GiniLine..¤~
| CATGRR
| ma peinture